Salle de la web-conférence de presse de l'OIV-octobre 2020. © OIV

Ce sont des baisses estimées des ventes mondiales de vin de 10% en volume et de 15% en valeur qu’a annoncé Pau Roca, le directeur général de l’OIV, lors de son point presse du 27 octobre 2020. Des retraits consécutifs à la pandémie du covid-19.
« Sur les six premiers mois 2020, nous observons clairement une chute du commerce international des vins, de -6 % en volume et -12,4 % en valeur. Cela intervient après de nombreuses années de croissance, et l’impact a été plus négatif en valeur qu’en volume », a-t-il précisé.

Sur la photo : Paul Roca, DG de l'OIV (à droite) et Giorgio Delgrosso, responsable du département statistiques (au centre), dans la salle de l'OIV, lors de la visio-conférence de presse d'octobre 2020, à Paris. © OIV

Top 15 des exportateurs de vin, en volume et en valeur
Top 15 des exportateurs de vin, en volume et en valeur.

Prévisions de ventes en valeur : de -15 à -20%

« Les principaux analystes annoncent, pour les principaux marchés, des prévisions de ventes de vin en baisses de 10 % en volume et de -15 à -20 % en valeur » a pour sa part déclaré Giorgio Delgrosso, responsable du département statistiques à l’OIV. Ce dernier a toutefois précisé, en substance, que le niveau relativement faible de production en 2020, ajoutée à des mesures de réduction des rendements, de baisse des stocks, va probablement aider à équilibrer l’offre et la demande. Le décalage des entrées sur marché de certaines catégories de vin pourrait jouer également dans ce sens. En revanche il s’est montré bien plus pessimiste en cas de maintien des mesures de confinement jusqu’à la fin de l’année ou sur le début de 2021, jugeant que la situation « pourrait alors empirer ». En se fondant sur les données douanières recueillies par l’OIV, pour la période allant de janvier à juin 2019, les exportations et les importations affichent des évolutions très différentes par pays.

France : chute de 21% des exportation en valeur

De janvier à juin 2019, comparé à la même période 2020, les exportations de vin se sont repliées, pour la France, de 10 % en volume et de 21 % en valeur. Un repli qu’il ne faut pas mettre uniquement sur le compte de la pandémie, a expliqué Pau Roca. Et de rappeler la surtaxe (de 25 %) imposée par l’administration américaine et un marché chinois moins porteur.
L’Espagne accuse des baisses de 11 % en volume et de 7 % en valeur. L’Italie est moins affectée avec des replis de 2 % en volume et 4 % en valeur.
L’Argentine affiche en revanche une belle progression de ses ventes en volume (+52%), mais avec des vins moins valorisés (-4% en valeur). La taxe Trump sur les vins européens a probablement favorisé les importations de vins argentins aux États-Unis.
Coté pays re-exportateurs, Singapour a vu ses ventes à l’export fondre de 35% en valeur et la Grande Bretagne de 34%.

Le e-commerce comme alternative

En conclusion, Pau Roca a mis en évidence le rôle de catalyseur de la crise causée par la pandémie du covid-19, pour faire avancer les choses plus rapidement. Le directeur général de l’OIV a mis en parallèle les perspectives de croissance (de 48%) du commerce en ligne en 2020, et qualifié la digitalisation « d’extraordinaire alternative aux autres réseaux commerciaux » et « d’exemple d’opportunité à saisir pour le commerce du vin ».

close
Partagez cet article :