Photo : Campesino dans son champ de nopal au pied du volcan Teuhtli. Photo © François Collombet

Près de Mexico existe un endroit béni des dieux et oublié des guides, le Teuhtli, le volcan sacré des Aztèques. Il se dresse à 2710 m dans la délégation de Milpa Alta, sorte de poumon vert situé à 40 km du centre de Mexico. Sur ses flancs, coule l’or vert des Aztèques, le nopal. Incroyable cactus aux mille vertus thérapeutiques mais pilier également de la gastronomie mexicaine. Une des multiples raisons de visiter cette région du Mexique.

Photo : Campesino dans son champ de nopal au pied du volcan Teuhtli. Photo © François Collombet

Le figuier de barbarie : aliment et médicament

Le nopal, oui bien sûr vous le connaissez, c’est le figuier de barbarie ; de son nom scientifique, l’Opuntia ficus-indica, de la famille des cactacées. On commence à découvrir aujourd’hui ses incroyables vertus médicinales. Dans la mythologie aztèque, le nopal était sacré.

Les fruits du nopal, les tunas se récoltent de juin à octobre. Ici, au marché aux fleurs de Mexico, à Jamaica. Photo © François
Les fruits du nopal, les tunas se récoltent de juin à octobre. Ici, au marché aux fleurs de Mexico, à Jamaica. Photo © François

C’était la plante miracle, la plante de vie, à la fois aliment et médicament. En cas de fièvres, les aztèques buvaient son jus qu’ils appliquaient également sur les brûlures et les plaies comme cicatrisant. Sa pulpe soignait les diarrhées, ses épines nettoyaient les infections, la tuna (son fruit) éliminait les excès de bile, ses feuilles en cataplasme soulageaient les inflammations, ses racines… Mais pourquoi en rajouter puisqu’on sait aujourd’hui* qu’il aide à lutter contre l’obésité, à renforcer les os, prévenir l’arthrite, purifier le corps de ses graisses. Il réduit même le taux de cholestérol et la glycémie.
*Le nopal est riche en fibres, en acides aminés et en vitamines, en particulier vitamine A, C, K, B6 ainsi qu’en riboflavine. Il contient, entre autres, des minéraux comme le calcium, le magnésium, le potassium, le fer et le cuivre. Les pépins de ses fruits contiennent une huile riche en acide linoléique ou oméga 6 (jusqu’à 60 %) et en vitamine E et stérols.

Une spécialité de la gastronomie mexicaine

Alors, un conseil, vous êtes à Mexico où n’importe où au Mexique, pour 20 pesos, offrez cet élixir de santé. C’est tout simple ! Arrêtez-vous dans n’importe quelle Jugueria, ces bars à jus de fruits qui occupent tous les coins de rue du pays. Demandez un jugo verde, un jus composé de nopal, de jus d’orange, de pamplemousse, de céleri et d’ananas : un délice ! Ou bien, à la saison des fruits (de juin à novembre), goûtez pour 10 pesos, une agua de tuna. Et pourquoi ne pas boire chaque matin (si possible à jeun), un licuado de nopal, jus de nopal pour votre plus grand bien (les japonais en sont fous !). En gastronomie, n’hésitez pas, le nopal est une spécialité très recherchée de la cuisine mexicaine. Une fois débarrassé de ses épines, il se mange coupé en fines lanières qu’on peut faire revenir dans un peu d’huile d’olive et le jus d’un citron. Il se consomme également en salade, en ragoût ou comme des haricots verts pour accompagner une viande grillée. Mais vous l’apprécierez surtout en escabeche, avec tortilla ou tacos. Il a alors été bouilli avec de l’oignon des piments et un peu de vinaigre. C’est succulent !

Ce juguero du marché aux fleurs de Mexico me prépare en un tour de main, un jugo verde, incroyable mélange de feuilles de nopal, de jus de pamplemousse ou d’orange, de céleri, de persil et d’ananas. Photo © François Collombet
Ce juguero du marché aux fleurs de Mexico me prépare en un tour de main, un jugo verde, incroyable mélange de feuilles de nopal, de jus de pamplemousse ou d’orange, de céleri, de persil et d’ananas. Photo © François Collombet
Les seules bières (4,8°) au monde brassées avec du nopal. Elles conviendraient particulièrement aux diabétiques. Photo © DR
Les seules bières (4,8°) au monde brassées avec du nopal. Elles conviendraient particulièrement aux diabétiques. Photo © DR

La Nopalea C, 1ère bière de cactus

C’est nouveau, elle s’appelle La Nopalea C et c’est la première bière créée avec du cactus de figue de Barbarie (nopal) venu du Mexique, à partir de farine de nopal. Elle est légère, blonde avec un petit goût caramélisé. Sa haute teneur en fibres la rend très digeste et elle convient particulièrement aux personnes diabétiques. La Nopalea est née en 2012, lorsque la société mexicaine Nopalea de Monterrey et l’Université de Prague, ainsi que le système de santé et la coopérative tchèque Ardanas, ont décidé de la créer. La Nopalea C* contient 4,8 % d’alcool et, pour le moment, n’est disponible qu’à Mexico et dans les états du Yucatan, Quintana Roo, Guerrero, Basse-Californie et Nuevo León.
*Elle est actuellement brassée en République tchèque, avec le nopal récolté au Mexique. Cependant, la société Nopalea devrait prochainement la produire dans l’état de Nuevo León.

Jour de marché à Pochutla (Etat de Oaxaca). Cette vieille femme venue de la Sierra Madre prépare des feuilles de nopal prêtes à être cuisinées. Photo © François Collombet
Jour de marché à Pochutla (Etat de Oaxaca). Cette vieille femme venue de la Sierra Madre prépare des feuilles de nopal prêtes à être cuisinées. Photo © François Collombet

Un emblème national

Le nopal, s’il a marqué le début de la civilisation aztèque fait aujourd’hui partie intégrante de l’identité nationale des Mexicains. Emblème du pays, le nopal figure en bonne place sur le drapeau vert, blanc et rouge du pays. Selon la mythologie, Huitzilopochtli dieu principal des aztèques (un dieu sanguinaire) ordonna au peuple mexica (aztèque) de quitter la ville d’Aztlán pour partir en quête d’un territoire propice à la fondation de leur royaume. Ce site leur serait indiqué grâce à un signe : un aigle perché sur un nopal dévorant un serpent. Le site qu’ils découvrirent fut Mexico.* L’aigle figure sur le drapeau mexicain. Il représente le soleil. Il a dans son bec le serpent symbolise de l’obscurité. L’aigle qui dévore le serpent, c’est l’astre du jour qui apparaît et les ténèbres qui se dissipent. Les fruits du nopal symbolisent les autochtones, les futures proies, les cœurs humains offerts en nourriture à leur dieu tutélaire. Quel autre drapeau au monde peut prétendre à une telle scénographie ?
* En fait sur l’île de l’Anahuac au milieu du lac Texcoco.

Champs de nopal au pied du volcan Teuhtli, à 40 km de Mexico. Photo © François Collombet
Champs de nopal au pied du volcan Teuhtli, à 40 km de Mexico. Photo © François Collombet

Pique-niquer au sommet du Volcan Teuhtli

Quelle incroyable vision quand, à la sortie de San Pedro Atocpan, d’une mer de cactus (ils sont plantés à l’infini), émerge le Teuhtli, volcan sacré des Aztèques ! Son ascension (pique-niquer là-haut est un must !) ne vous prendra que quelques minutes (20 au plus). De là-haut, le panorama est à couper le souffle : vers Puebla, deux des plus grands volcans du Mexique, le Popocatépetl (5426 m), et l’Ixtaccihuatl (5230 m) enneigés, puis vers Morelos, l’Ajusco (3930 m). On découvre également tout le sud de Mexico, des canaux de Xochimilco au lac de Texcoco (où ce qu’il en reste) jusqu’aux gratte-ciels de Reforma.

Le Mexique, 1er producteur de nopal

Le Mexique est le premier producteur mondial de nopal avec 810 000 tonnes par an. Milpa Alta et le volcan Teuhtli sont au cœur de cette production (feuilles de nopal et tunas). Elle regroupe quelques 5000 producteurs sur 4300 ha. La plantation de cactus sur des sols arides et volcaniques a remplacée au siècle dernier (car beaucoup plus rentable) celle du maguey pulquero, du maïs et du haricot.

La moitié des espèces recensées au Mexique

Sur près de 200 espèces de nopals (figuiers de Barbarie) recensées, 101 vivent au Mexique et plus de 60 sont endémiques. D’après la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), le nopal est une plante arborescente ou arbuste succulent qui peut atteindre 1,5 m à 3 m de hauteur. Les branches (connues sous le nom de « cladode » ou de « raquette ») sont de forme aplatie et d’aspect gris-vert. Les fleurs sont de couleur jaune et les fruits, qui vont du jaune au pourpre en passant par le rouge, contiennent des petites graines qui sont généralement consommées en même temps que la pulpe du fruit. La reproduction s’effectue à partir des graines mais la multiplication végétative peut également être réalisée facilement à partir des branches.

Informations pratiques

Où acheter des boissons à base de nopal :

Sur le net ou en physique des boutiques proposent des jus de fruits à base de nopal, notamment :
-Paranatura bio
-La Grande Epicerie
Rive gauche
38, rue de Sèvres
75007 Paris
Tél.: 01 44 39 81 00
Rive Droite
80, rue de Passy
75016 Paris
Tél.: 01 44 14 38 00

Itinéraire pour aller au Teuhtli de Mexico

Le volcan est à 40 km du centre de Mexico, soit 2 heures en transports en commun. Pour s'y rendre :

--> Prendre la ligne bleue (la 2) du Zócalo jusqu’à Taxqueña (5 pesos) puis, en sortant du métro, se diriger vers la lettre M jusqu’au bus n° 81.
--> Descendre au village San Pedro Atocpan. Il suffit ensuite de héler un petit taxi de campagne qui pour 50 pesos environ vous conduira au pied du volcan Teutli.

On est à Milpa Alta (Champs en hauteur en nahuatl), un nom si approprié pour ce paysage de montagne et de volcans dont le Teuhtli (haut de 2710 m) est visible de partout. Milpa Alta est aujourd’hui l’une des 16 délégations (la plus au sud-est) qui constituent l’agglomération de Mexico (bordant l’Etat de Morelos).

San Pedro Atocpan (délégation de Milpa Alta) est aussi connue pour être la capitale du mole, sorte de sauces allant du rouge foncé au brun servies sur de la viande. Elles se déclinent en plusieurs saveurs. Photo © François Collombet
San Pedro Atocpan (délégation de Milpa Alta) est aussi connue pour être la capitale du mole, sorte de sauces allant du rouge foncé au brun servies sur de la viande. Elles se déclinent en plusieurs saveurs. Photo © François Collombet

-->Poursuivre en faisant le tour du Teuhtli.
Après cette courte ascension, vous pourrez faire le tour de ce vénérable Monsieur, le nom en nahuatl du Teuhtli ; arpenter les innombrables rangées de cactus plantés sur ses flancs, croiser les paysans portant chapeaux de paille et redescendre jusqu’au marché de Milpa Alta, où dès l’aube des centaines de personnes nettoient, coupent et emballent le cactus. Si cette activité engendre chaque jour jusqu’à 10 tonnes de résidus*, rassurez-vous, ils sont aujourd’hui utilisés pour produire de l’électricité. Car rien ne se perd dans le nopal.
*Une fois broyés, fermentés et chauffés à 55 degrés, les résidus forment une sorte de boue qui est ensuite utilisée comme engrais, mais aussi comme biogaz qui permettra de produire du courant.

close
Partagez cet article :