L'espace de réception du domaine du Château de Lastours (Aude). Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
0 0
Read Time:21 Minute, 5 Second

Nous sommes aux portes du massif des Corbières, à quelques encablures du village de Portel-des-Corbières dans l’Aude (11), à moins de 30 km à l’ouest de Narbonne et à 10 km de la méditerranée, au Château de Lastours, propriété de 850 hectares détenue depuis 2004 par la Famille Allard.

Photo de Une : l'espace de réception du domaine viticole Château de Lastours, sis dans les Corbières (Aude), en pays Cathare © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Le domaine du Château de Lastours (Aude). Photo © DR
Le domaine du Château de Lastours (Aude). Photo © DR

Un site historique et une destination œnotouristique et sportive

Connu surtout pour avoir reçu des spéciales du Rallye Paris-Dakar, prisé des constructeurs auto et moto pour ses circuits d’essai tout terrain capables de mettre à mal les mécaniques, le domaine produit également des vins typés, en AOP Corbières et Languedoc, et s’impose comme un des sites oenotouristiques phares en pays Cathare. Si les sols y sont arides, un « chaos calcaire », l’immense propriété vallonnée a comme été façonnée par un paysagiste. La flore, constituée de garrigue, de pins, de cyprès, de lauriers roses à profusion et d’oliviers - plantés sur 10 hectares-, s’assemble avec la terre blanche et ocre en ilots de paysages superbes où croît, sur une centaine d’hectares, en terrasses, une vigne qui trouve ici un terroir idoine.

La façade du bâtiment historique du Château de Lastours © DR
La façade du bâtiment historique du Château de Lastours © DR

La longue histoire du domaine

De l'âge de bronze à la Rome antique

Avant d’être un des hauts lieux de l’œnotourisme audois, et des sports mécaniques, le domaine du Château de Lastours, qui culmine à une altitude de 300 mètres, fut un site militaire datant de l’époque romaine. Des recherches archéologiques attestent même d’une présence humaine qui remonterait à l’âge de Bronze.

Le Castrum de Turibus devient Château de Lastours

Au début du premier millénaire, une forteresse se dressait sur un piton calcaire pour surveiller un pont qui enjambait la Berre, rivière qui coule au pied de la propriété, au sud de Portel-des-Corbières, située sur la voie Domitienne romaine*. Cette place forte militaire servit aussi, au cours des temps, de guet pour contrôler les chemins ruraux et protéger la ville de Narbonne, notamment des invasions espagnoles. Afin de donner gîte et couvert aux voyageurs, un Castrum (village fortifié) fut construit sur le site. Dénommé Castrum de Turibus, il devint par la suite le Château de Lastours.

Un ensemble archéologique exceptionnel à visiter

Pendant la seconde moitié du XIIIe siècle, à la demande du roi de France, quatre châteaux (Cabaret, Tour Régine, Surdespine et Quertinheux), des sentinelles de montagne, qui font partie d’un même ensemble, furent édifiées à l’emplacement de trois châteaux féodaux. De ces bâtisses juchées sur les contreforts de la Montagne Noire, en pays Cathare, il reste un ensemble archéologique exceptionnel, qui a donné son nom au domaine viticole.

Depuis la révolution à nos jours

Le Château de Lastours a été confisqué lors de la révolution en 1791 et vendu 10 ans plus tard, sans qu’il puisse être récupéré par ses propriétaires. Comme dans la plupart des régions viticoles, dès le XIXe siècle le vin y a pris une importance croissante. Résidence de l’écrivain Louis-Pierre Lestringuez, qui l’occupa à partir de 1940 pour s’éloigner de Paris occupé, la bâtisse et le vignoble vont alors progressivement décliner, faute d’entretien.

* La voie Domitienne (Via Domitia) est une voie pavée dont la construction démarra en 118 av. J. -C. Elle reliait la ville de Rome à l’Espagne en passant par la Gaule narbonnaise.

La baie vitrée du cuvier du Château de Lastours © DR
La baie vitrée du cuvier du Château de Lastours, imaginé par l'architecte Éric Martin. Photo © DR

XXIe siècle : renouveau et renaissance du vignoble

En 2004, le groupe Filhet-Allard, dirigé par Franck Allard, un des leaders français du courtage en assurance, dont la société mère est sise à Mérignac (33), le rachète. L’arrivée de Franck Allard a été synonyme de renouveau et de renaissance du vignoble.

Franck Allard, propriétaire du Château de Lastours, a relancé le domaine et son vignoble. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Franck Allard, propriétaire du Château de Lastours, a relancé le domaine et son vignoble. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Le chai de vinification a été modernisé en 2010. Un investissement de 4,6 millions d’euros. Il en sortira un parallélépipède de béton semi-enterré, imaginé par l’architecte Éric Martin, de couleur terre, d’une surface au sol de 1 700 m2, un chai éco-responsable à la pointe de la technologie. La cuverie est dotée d’une trentaine de cuves inox thermorégulées, à remplissage par gravité, dont les têtes sont accessibles via des passerelles. L’écoulement des moûts par gravité, moins traumatisant que le pompage, protège la récolte notamment de l’oxydation et est un gage de qualité. Enfin, une des façades du bâtiment est constituée d’une immense baie vitrée d’où se répand un flot de lumière naturelle éco énergétique.

 
La cuverie, construite en 2007, dotée de cuves thermorégulées. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
La cuverie, construite en 2007, dotée de cuves thermorégulées. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Une installation qui va contribuer, grâce notamment à une exploitation parcellaire du vignoble, à inscrire la recherche de modernité et de typicité dans le profil organoleptique des vins. « Nous voulons donner une véritable identité languedocienne à nos vins », déclare Thibaut de Braquilanges, le nouveau directeur du domaine, arrivée en 2020. Un objectif qu’il partage avec Anne-Laurence Boubee de Gramont, l’œnologue et directrice technique, qu’il a fait venir peu après sa prise de fonction.

Anne-Laurence Boubee de Gramont, sur une des passerelles de la cuverie du Château de Lastours. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Anne-Laurence Boubee de Gramont, sur une des passerelles de la cuverie du Château de Lastours. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

La recherche d’une adéquation entre sols et cépages

Un objectif qui a nécessité un travail très en amont. Une cartographie des sols, réalisée en 2005, a permis une entière refonte de l’encépagement en conséquence, en privilégiant les cépages typiques du terroir languedocien : syrah, carignan, grenache, mourvèdre, cinsault, vermentino et roussanne. L’adéquation parfaite entre cépages et sols, alliée à une sélection parcellaire rigoureuse, permet aujourd’hui d’obtenir des vins de style, expressifs, à la forte personnalité.

La parcelle Le Travers, domaine du Château de Lastours. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Parcelle constituée d'un sol blanc et d'argile brun, pierreux | domaine du Château de Lastours. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Des conditions propices à la fraîcheur et à la minéralité des vins

Les sols, à dominante argilo-calcaire, bénéficient de 300 jours de soleil par an. Des conditions propices à la production de grands vins, pour lesquels l’atteinte d’une maturité idoine est essentielle. Si l’on ajoute les vents, la froide et parfois violente tramontane, soufflant du Nord-Ouest, et ceux de Méditerranée, vents marins qui adoucissent les variations de températures, créant ainsi un microclimat, on a, ici, réunis les éléments constitutifs d’un terroir à la fois garant de bonnes conditions phytosanitaires pour les vignes et propre à apporter fraîcheur et minéralité aux vins.

Rang de pieds de vigne Mouvèdre à quelques jours d'être récoltés. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Rang de pieds de vigne mourvèdre quelques jours avant d'être récolté. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Le bassin de retenue, alimentée naturellement lors des fortes pluies par les seules eaux de ruissellement. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Le bassin de retenue, alimentée naturellement lors des fortes pluies par les seules eaux de ruissellement. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Protection de la ressource en eau et de la biodiversité

Pour ce qui est du besoin de ressource en eau, indispensable dans cette région viticole pour l’arrosage, « depuis 2013 le domaine dispose d’un bassin de retenue, alimentée naturellement lors des fortes pluies par les seules eaux de ruissellement. Un remplissage passif, suffisant, qui évite de pomper l’eau dans la Berre », souligne Anne-Laurence de Gramont. Un gage d’indépendance et de protection de la ressource. Une irrigation, au goutte à goutte, est quasi-systématiquement réalisée en cas de baisse trop sévère de rendement et de qualité, en général entre le 15 juillet et le 15 août. La présence de brebis, de ruches sur le domaine, ou encore la tonte de l’herbe entre les rangs de vignes pour l’enrichissement naturel des sols, sont autant de marqueurs qui témoignent du souci de respecter la biodiversité.

Parcelle de vigne du domaine du Château de Lastours. Photo Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Parcelle de vigne du domaine du Château de Lastours. Photo Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Des vins certifiés bio depuis le millésime 2020

D’ailleurs, dès le mois d’août 2017 le domaine s’est engagé dans une conversion au bio. La certification AB a été acquise depuis le millésime 2020. Soulignons qu’à ce jour moins de 40% du vignoble des Corbières est travaillé en culture biologique. Enfin, le lieu conserve une tradition de polyculture. Une ’huile d’olive, extra vierge, un assemblage de 5 variété d’oliviers (Lucques, picholine, aglandau, petit ribier et olivère), dans un très beau flacon, complète ainsi les vins.

Le terroir du domaine viticole du Château de Lastours. Source © Château de Lastours
Le terroir du domaine viticole du Château de Lastours. Source © Château de Lastours

87 hectares de vignes en production, dont plus de 90% en rouge

La vigne au Château de Lastours est conduite en gobelets, un système de taille qualitatif. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Vigne conduite en gobelets, un système de taille qualitatif. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Le domaine compte aujourd’hui 100 ha de vignes, dont 87 en production(1), plantés majoritairement en cépages rouges : syrah (30%), grenache (30%) et carignan (30%), avec un peu de cinsault et de mourvèdre. On trouve, pour les blancs, 2 ha de roussanne et 2 ha de vermentino. Et les investissements dans le vignoble continuent puisque 2 ha de grenache et 1,5 ha de vermentino seront plantés l’an prochain, ainsi que 2 ha de bourboulenc. En outre, sur le plus long terme, il existe un projet de création (en cours de réflexion) sur les parcelles « la Mer » et « le Couvent » de 3 hectares, d’un réservoir de variétés carignan (blanc et rouge), en sélection massale, qui remplaceront des pieds de vieux carignan existant. « Des études vont être menées pour identifier les variétés de carignan les mieux adaptées aux terroirs », précise Thibaut de Braquilanges.
(1) La vigne est conduite en gobelets (quatre rameaux portant chacun 2 yeux), un système de taille qualitatif, typique des Corbières.

Depuis l'arrivée de Thibaut de Braquilanges, la gamme des vins a évoluée avec, notamment, la création de la cuvée Optimus de Lastours. Le domaine a aussi augmenté la production de rosés. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Depuis l'arrivée de Thibaut de Braquilanges la gamme des vins a évolué avec, notamment, la création de la cuvée Optimus de Lastours. Le domaine a aussi augmenté sa production de rosés. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Une gamme de vins en évolution

Le Château de Lastours, qui emploie 17 salariés en équivalent temps plein, travaille avec le laboratoire narbonnais d’analyse œnologique et de conseils Dubernet. Trois gammes de vins sortent des chais : la Bergerie de Lastours, en blanc, rouge (AOP Corbières), et rosé (AOP Languedoc); le Château de Lastours, en blanc, rouge (AOP Corbières) et rosé (AOP Languedoc) ; la Grande Réserve, en rouge (AOP Corbières). Une gamme repensée, dès son arrivée il y a trois ans, par Thibaut de Braquilanges. Et chaque année le domaine invente une cuvée éphémère, intitulée Optimus de Lastours, en Vin de France. Le millésime 2021 a été l’occasion de produire un vin orange*.

Optimus de Lastours 2021, Vin orange, 14% Vol. Plus proche d’un vin blanc par la couleur, mais aussi gustativement, ce vin orange offre en bouche de légères notes de gingembre confit et d’orange. Une cuvée originale, fraîche avec une belle structure, à découvrir, d’autant que seulement 2 500 bouteilles ont été produites. Prix TTC départ chai : 15 €. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Optimus de Lastours 2021, vin orange, 14% Vol. Plus proche d’un vin blanc par la couleur, mais aussi gustativement, ce vin orange offre en bouche de légères notes de gingembre confit et d’orange. Une cuvée originale, fraîche avec une belle structure, à découvrir, d’autant que seulement 2 500 bouteilles ont été produites. Prix TTC départ chai : 15 €. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Redonner une identité aux vins des Corbières

« Notre gamme est amenée à évoluer encore, précise Thibaut de Braquilanges, avec la création de nouvelles micro-cuvées, comme le vin orange. Nous allons ainsi, pour le millésime 2022, produire deux cuvées, chacune en mono-cépage de cinsault et de roussanne, vinifiées en amphore. » Pour le directeur général, le gros défi est de redonner une identité aux vins des Corbières ... « Nous avons beaucoup de vins différents sur l’appellation, et les gens n’arrivent plus à comprendre l’identité des Corbières. Il faut que nous proposions des vins sur la fraîcheur, l’équilibre et le fruit. » 
*Le vin orange est un vin blanc vinifié comme un vin rouge, en amphore, avec une série de remontages. La macération de la peau du raisin apporte la couleur orange.

Un positionnement en phase avec les tendances du marché et les attentes des consommateurs qui suppose d’offrir des vins typés, mais aussi plus faciles à boire, avec des extractions moins importantes, même si « le domaine continuera aussi à produire des vins haut de gamme, complexes », poursuit Thibaut de Braquilanges.

Anne-Laurence Boubee de Gramont et Thibaut de Braquilanges dans la cuverie ultra-moderne du Château de Lastours. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Anne-Laurence Boubee de Gramont et Thibaut de Braquilanges dans la cuverie ultra-moderne du Château de Lastours, dotée d'une immense baie vitrée. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Vendanges et vinification

« A l’exception des raisins destinés à être vinifiés avec une macération carbonique, récoltés à la main, les vendanges se font à la machine. Les parcelles de blancs et les rosés sont vendangées très tôt le matin. Les raisins sont maintenus au froid, à 6°, grâce à un échangeur tubulaire. Lors de la vinification, les lies de blancs sont mis sur les rosés afin d’obtenir du gras, un côté floral et faire ressortir les thiols [les arômes primaires du vin] qui apportent de la fraîcheur, souligne Anne-Laurence Boubee Gramont ». Et d'ajouter ... « Contrairement à ce qui est fait pour les rouges, la fermentation malolactique est stoppée sur les rosés et les blancs pour conserver une acidité peu présente dans les sols. En outre, pour les blancs et les rouges, les levures choisies n’ont pas d’orientation aromatique afin de ne faire se révéler que les arômes issus des fruits et le terroir. ». Concernant les sulfites, il en est fait essentiellement usage sur les blancs et les rosés après la fermentation alcoolique et en fin de malo sur les rouges.

Jarre de 11 hl contenant de la roussanne, millésime 2022. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Jarre en grès de 11 hl contenant de la roussanne, millésime 2022 [Chai d'élevage du Château de Lastours]. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Chai d'élevage du Château de Lastours (fûts neufs). Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Le chai d'élevage du Château de Lastours (fûts neufs). Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Parcours ...

Thibaut de Braquilanges

Thibaut de Braquilanges. Recruté en 2020, Thibaut de Braquilanges (diplômé de l’INSEEC Paris), originaire de Narbonne, issu d’une famille de vignerons de la Clape, est arrivé au domaine en 2020. Il bénéficie d’une expérience internationale et a notamment travaillé au Chili, au domaine Baron Philippe de Rothschild, puis avec Gérard Bertrand à La Clape. Photo © Pierre d’Ornano / Aeternus.fr
Photo © Pierre d’Ornano / Aeternus.fr

Thibaut de Braquilanges (diplômé de l’INSEEC Paris) est le directeur général du Château de Lastours. Originaire de Narbonne, il est issu d’une famille de vignerons de la Clape.  Il bénéficie d’une expérience internationale et a notamment travaillé au Chili, au domaine Baron Philippe de Rothschild, puis avec Gérard Bertrand à La Clape.

Anne-Laurence Boubee de Gramont

Anne-Laurence Boubee de Gramont (diplôme d’ingénieur-agro d’ AgroParisTech + DNO Viticulture & Œnologie de SupAgroMontpellier), directrice technique du Château de Lastours. Elle a auparavant travaillé près de 6 ans comme responsable R&D et assistante technique vigne et chai au Château Haut-Bergey à Léognan (33). Anne-Laurence Boubee de Gramont a également une expérience internationale acquise en Nouvelle-Zélande au sein d’Allan Scott Wines, sise à Marlborough. Photo © Pierre d’Ornano / Aeternus.fr
 Photo © Pierre d’Ornano / Aeternus.fr

Anne-Laurence Boubee de Gramont (diplôme d’ingénieur-agro d’ AgroParisTech + DNO Viticulture & Œnologie de SupAgroMontpellier), est la directrice technique du Château de Lastours. Elle a auparavant occupée pendant 6 ans le poste de responsable R&D et assistante technique vigne et chai au Château Haut-Bergey à Léognan (33).

Notes de dégustation

La Bergerie de Lastours blanc 2021, AOP Corbières. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
La cuvée la Bergerie de Lastours blanc 2021 - AOP Corbières. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

La bergerie de Lastours, blanc, millésime 2021 – AOP Corbières

-Cépages : roussanne (70%) et vermentino (30%)
-Alcool : 13,5% Vol.

Une belle entrée en matière

Voici un 1er vin, que nous avons sélectionné. Une entrée de gamme du domaine, composée des cépages vermentino (ou rolle) typiquement méditerranéen, et roussanne, des jeunes vignes (entre 5 et 10 ans d’âge) situées sur des coteaux argilo-calcaires et caillouteux, exposés à l’est. L’équipe du domaine a fait une sélection des raisins les plus qualitatifs pour élaborer cette cuvée qui, commercialisée à 8,50 € TTC (départ château), offre un bon rapport qualité/prix. L’attention des vignerons s’est portée notamment sur la maturation aromatique des raisins lors de la vendange et le maintien d’une bonne acidité pour la fraîcheur, notamment en conservant au froid les grappes après la récolte faite très tôt le matin. Les raisins sont pressurés directement, à froid. Seuls les jus qui apportent de la complexité aromatique, de la fraîcheur et une belle structure sont sélectionnés. Enfin, pour cette cuvée, l’élevage est fait sur lies, en cuve inox, durant 3 mois.

Couleur : jaune citron, avec de discrets reflets verts
Au nez, très expressif, se dégagent des arômes d’agrumes, de citron, de pêche de vigne et de fleur d’amandier, caractéristiques du vermentino. Dès l’attaque, une impression de fraîcheur domine en bouche où l’on retrouve des saveurs d’agrumes auxquelles se mêlent des notes d’abricot. Une certaine minéralité se révèle à la dégustation. Le vin a un bon équilibre (alcool/sucre/acidité) et se prolonge avec des touches florales apportées par la roussanne. Un vin à boire jeune, une belle entrée en matière en apéritif ou pour accompagner des coquillages ou du poisson grillé, qui donne envie d’y revenir…

Tarif : 8,50 € TTC départ château.

Château de Lastours, rosé 2021 - AOP Languedoc. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Château de Lastours, rosé 2021 - AOP Languedoc. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Château de Lastours, rosé - AOP Languedoc

-Cépages : grenache, syrah et Vermentino (3%)
-Alcool : 13,5 % Vol.

‘Médaille d’or au Concours Mondial de Bruxelles 2021’

Un rosé complexe et élégant

Les grappes des trois cépages assemblées dans cette cuvée proviennent des parcelles les plus qualitatives du domaine localisées sur des sols propices à révéler de la fraîcheur et de la minéralité. Elles sont ramassées chacune à maturité et très tôt le matin. La récolte est égrappée puis les baies sont vinifiées séparément, par cépage, pour en tirer la quintessence et le plein potentiel. Seuls les premiers jus sont conservés lors du pressage. Une stabulation à froid pendant 1 semaine est réalisée. Après une stabulation d’une semaine et une clarification des jus, la fermentation est déclenchée à basse température, entre 16 et 18°, pour révéler les thiols et en dégager toute l’expression aromatique. La stabulation à froid se traduit par un accroissement de la complexité du vin. Élevés ensuite pendant 4 mois sur lies fines, le vin subit ensuite un léger collage avant d’être embouteillé. Des vendanges à l’embouteillage tout est fait pour conserver au mieux une fraicheur et délivrer une complexité aromatique variétale que l’on retrouve, dans ce rosé, à la dégustation.

Couleur : rose, saumon, très claire

Olfactivement, ce rosé fait se rencontrer délicatement des arômes de pamplemousse et de fleurs blanches. Les agrumes se prolongent en bouche qui s’enrichie, sur la longueur, de saveurs de pêche et de groseille, alliant ainsi douceur et acidité à une belle signature.
La fraîcheur, la complexité et l’élégance caractérisent ce rosé, que l’on pourra déguster en apéritif mais aussi sur des grillades ou de bons plats du sud, comme une daube d’agneau, une ratatouille ou un tian provençal.

Tarif : 15 € TTC départ château.

Château de Lastours, blanc, millésime 2020 - AOP Corbières. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Château de Lastours, blanc, millésime 2020 - AOP Corbières. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Château de Lastours, blanc, millésime 2020 - AOP Corbières

-Cépages : Roussanne (70%) et Vermentino (30%)
-Alcool : 13,5% Vol.

Un vin minéral, sur la finesse et l'élégance

Comme pour son petit frère la Bergerie, les raisins sont issus de vignes âgées de 5 à 10 ans, situées sur les coteaux argilo-calcaire et caillouteux du domaine. Après un pressurage direct à froid des grappes les plus qualitatives, il a été procédé, pendant 10 jours, à une fermentation en barrique de 500 litres. Un volume de contenant choisi pour atteindre un parfait équilibre entre le fruit et le bois. 30% de la cuvée ont ensuite été mis en barrique, sur lies, pendant 6 mois pour apporter du gras et de la complexité, et 70% en cuve inox pour la fraîcheur et l’équilibre.

Couleur : jaune citron
On retrouve au nez un belle complexité et de la minéralité, associée à des arômes de fruits secs, de toasts grillés – issus de l’élevage en barrique - de pêche qui se prolongent sur de l’abricot. L’attaque en bouche est directe. On retrouve les fruits blancs associés à des saveurs florales. Le vin est élégant, minéral et équilibré et exprime bien les atouts aromatiques de la roussanne et du vermentino, complétés par une délicate vinification en barrique. C’est un vin fin, de repas, qui peut se marier avec de la volaille, du poisson mais aussi des fromages à pâte pressée ou molle dont il révélera les saveurs.

Tarif : 15 € TTC départ château.

La cuvée Château de Lastours Grande Réserve, rouge 2017 - AOP Corbières. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
La cuvée Château de Lastours Grande Réserve, rouge, millésime 2017 - AOP Corbières. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

La Grande Réserve, rouge - AOP Corbières

-Cépages : syrah, grenache, carignan et mourvèdre
-Alcool : 14,5 % Vol.

'Médaille d’or au concours Terre de Vins 2022'

Un grand vin de dégustation, d’une grande complexité

C’est sur les terroirs de coteaux argilo-calcaire et caillouteux les plus frais (exposés au soleil levant) que sont situés les pieds de vigne, âgés entre 20 et 30 ans, retenus pour produire cette cuvée d’une grande qualité. Lors de la cuvaison, les moûts ont macérés pendant 3 à 4 semaines en assurant une extraction des composés de la pellicule des raisins douce et précise. Plus de la moitié de la cuvée a ensuite reposé pendant 1 an en fûts neufs ou de 1 vin, de 225 litres.

Couleur : rouge pourpre profond
Le premier nez est très intense, et exhale les fruits noirs (cassis), la cerise noire, la framboise et de légères touches poivrées et de réglisse. Au second nez, de discrets arômes de toasts grillés et de vanille, qui reflètent une chauffe probablement légère des fûts, apparaissent avec des notes chocolatées. En bouche le vin est à la fois enrobant, structuré et élégant. les tanins sont soyeux et souples. Des saveurs de garrigue et des notes empyreumatiques de chocolat et de café sont présentes. La finale est persistante et la vin se prolonge en bouche.
Un vin idéal pour les amateurs de gibiers alors qu’on s’installe dans l’automne et qui s’alliera à ravir avec du magret de canard, ou de la viande rouge.

Tarif : 19 € TTC départ château.

Œnotourisme et services aux entreprises

Pour ce qui est de l’offre oenotouristique, on peut tout au long de l’année visiter le domaine, notamment la cave, modèle de bâtiment écoénergétique, et, bien sûr, y déguster les vins. Côté hébergement, deux villas « Laurède » et « Aladères », au design contemporain, offrent 12 chambres d’hôtes. Dix supplémentaires, en cours de rénovation, seront ouvertes ce printemps. Le site dispose d’un restaurant « La Bergerie ». Et la direction réfléchit à un projet d’hôtel. Pendant la période estivale, les jeudis soirs, des Apéros Vignerons sont organisés, avec tapas et ambiance musicale. Enfin, pour les entreprises, le Château de Lastours propose des séminaires, du « team building » ou encore des événements pour le lancement de produits, avec des locaux équipés pouvant accueillir jusqu’à 200 personnes.

Lastours expérience. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Lastours expérience. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Château de Lastours
un « spot » pour les sports mécaniques

Sur les 850 hectares, 700 sont dédiés aux sports mécaniques. Le domaine dispose d’un centre d’essai, d’une école de pilotage. Des 4×4, des motos, des quads y évoluent, et des stages encadrés s’y déroulent. De grandes marques de constructeurs automobile et moto, comme Renault, Porsche, BMW ou Mercedes, viennent tester et développer leurs modèles sur les 80 kilomètres de pistes tout terrain, caillouteuses, aux forts dénivelés avec de nombreux franchissements. Le Château de Lastours accueille également une compétition de trial, le LTC (Lastours Trial Classic). La 6ème édition du LTC, qui a eu lieu en mars dernier, a lancé le Championnat de France de Trial Vintage de la FFM (Fédération française de motocyclisme).

Célia Kochems, responsable commerciale France, et Rémy Mathieu, responsable des sports mécaniques sur la parcelle Le Travers, plantée en mourvèdre. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr
Célia Kochems, responsable commerciale France, et Rémy Mathieu, responsable des sports mécaniques, sur la parcelle 'Le Travers', plantée en mourvèdre. Photo © Pierre d'Ornano / Aeternus.fr

Informations pratiques

Château de Lastours, 11 490 Portel des corbières 
Tél. : 04 68 48 64 74 – contact@chateaudelastours.com

Restaurant « La Bergerie »
Horaires d’ouverture :
- du jeudi midi au dimanche midi.
Information et réservation :
Tél. : 06 72 75 09 61 – 06 20 56 50 98
Courriel : labergerie@chateaudelastours.com

Où trouver les vins

Entre 2 500 et 3 000 hl de vin sont produits par le Château de Lastours chaque année, soit entre 325 000 et 390 000 bouteilles. L’export représente 60% des ventes, dont 50% vers le Bénélux et 50% vers des destinations plus lointaines, dont principalement la Chine, les USA, le Brésil, le Vietnam. En France, les vins sont vendus dans le réseau CHR (Cafés Hôtels Restaurants), via des distributeurs régionaux. Les ventes au caveau, en progression régulière, représentent un volume d’environ 35 000 cols (10% de la production) et se répartissent entre clients particuliers et entreprises.

Pour acheter directement des vins sur le site Internet du Château cliquez ICI

Localisation

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
close
Partagez cet article :